français english
Pass Ardèche
Accueil > Les expositions > Bestiaire en liberté

Bestiaire en liberté

du 09/07/2017 au 05/11/2017

Depuis la Préhistoire, dans l’art rupestre et l’art pariétal, le bestiaire ne cesse d’habiter l’imaginaire des artistes, peintres, sculpteurs ou graveurs comme en témoignent les grandes fresques murales de la grotte Chauvet : panneaux des Chevaux, des Rhinocéros, salle du Crâne, Hibou ou Mammouths gravés, Ours rouges, Lions, … Un ensemble exceptionnel dans l'Art pariétal en raison de sa diversité ; ces premières représentations vont résonner dans l'histoire universelle de l'art avec Le Rhinocéros de Dürer , les Etudes de Chevaux de Léonard de Vinci en passant par le bestiaire de Chagall ou de Picasso, l'Ours blanc de Pompon ou encore plus près de nous Jeff Koons et ses "Puppies..."

 

Les 5 artistes présents dans les 4 salles du château, les deux paliers, la cour intérieure et le cheminement vers le jardin suspendu offrent aux visiteurs un aperçu de cette diversité des regards, des traits, des symboles et des interprétations possibles d'un bestiaire souvent familier, drôle et coloré mais parfois inquiétant ou mystérieux. L'animal ainsi représenté reflète cette longue histoire, cette relation privilégiée qui l’unit à l'homme dans tous les arts, tous les pays, cultures ou civilisations. Cette représentation de l'animal rassemble tout le répertoire des formes et des supports, des techniques aussi. Cette exposition été-automne 2017 réunit peintres, sculpteurs, céramistes avec la technique du raku.

 

Dominique BAJARD, sculpteur, travaille à la fois la céramique par la technique du raku et le bronze ; il nous propose des œuvres - salle des gardes - qui puisent leur source dans la mythologie grecque ou romaine avec des êtres hybrides ou polymorphes comme femme et taureau, mais aussi femme-oiseau... Un lien intime et charnel unit l'un à l'autre : "Je reviens toujours à la lecture des Métamorphoses d’Ovide, à ce récit poétique des mythes grecs." Ses personnages sont des voyageurs égarés à la recherche d'un paradis perdu : l'aventure des dieux rejoint celle des hommes. L'artiste joue avec cette frontière si relative entre le corps de l'homme ou de la femme et celui de l'animal, l'un semble naître de l'autre dans un échange sensible plein de force et de grâce.

 

Le peintre Francis-Olivier BRUNET - salle St Cerice- explore lui aussi cette figure animale, interroge notre regard, opère des glissements sur les postures, les yeux, les visages, liant ainsi animalité et humanité : ses "Singes-pensées", Chien ou Tête de Cheval semblent nous observer avec une humanité sensible et surprenante ; douceur et férocité animent ses peintures... l'humain n'est jamais loin, la part animale non plus… si proche de notre nature. Le peintre personnifie sur la toile nos sentiments, dévoile dans le silence de l'ombre ou de la lumière nos peurs, notre mélancolie entre tendresse et instinct féroce.

 

Jacques BARRY (salle des Etats), peintre, peint les animaux comme des signes; le trait épuré du dessin, le choix de la couleur –monochrome- confèrent à chaque œuvre le statut d'icône ; des images simplifiées, ce qui ne veut pas dire simples, multipliant les points de vue, nous rappellent à la poésie de notre enfance : poule, éléphant, rhinocéros, oiseau... l'Arche de Noé ouvre ses portes sur un monde joyeux et coloré. Le Rhinocéros est devenu la marque de son vocabulaire artistique, il se décline comme un langage pictural dans son parcours de créateur.

 

Avec Agnès COUPEY, céramiste- sculpteure, les animaux nous racontent des histoires, ils s’inscrivent sur des supports - bancs, guéridon, tabouret, en extérieur. Les œuvres sont conçues comme des sculptures ; elle nous fait partager des instants de bonheur, des moments de vie dans un univers toujours figuratif. Le choix des thèmes, les harmonies de couleurs donnent à ses œuvres une gaieté pleine de fraîcheur et de légèreté : un monde tendre et enfantin, où tout est devenu possible, comme la promesse d'un conte...

 

C’est une malice débridée qui s'empare des sculptures de Roland ROURE, salle Jean Charay. L'artiste revisite à sa manière les mythes - Ulysse et la sirène - les contes, Le Petit chaperon rouge ou les animaux sauvages - Chasse au tigre. Les supports sont légers, aériens, paraissent fragiles, vulnérables même ; la sculpture se métamorphose en jouet : " J'ai fait des jouets pendant longtemps" nous dit l'artiste. Entre art populaire et mécanique articulée, c’est à partir de matériaux pauvres ou de récupération comme le fil de fer, les boîtes métalliques, la tôle d'aluminium que l'artiste anime ses personnages et ses mécanismes à la fois simples mais forcément ingénieux : c'est ainsi que Roland Roure est devenu " lentement un sculpteur...".

 

 

Et pour chacun des artistes :

Dominique Bajard : www.bajard-coupey.com

Jacques Barry : www.jacquesbarry.com

Francis-Olivier Brunet : www.fobrunet.fr

Agnès Coupey : www.coupey-ceramique.com

Roland Roure : www.galeriemirabilia.fr

Château de Vogüé • Copyright 2016-2017 • NewsletterMentions