français english
Pass Ardèche
Accueil > Les expositions > Exposition Support papier

Exposition Support papier

du 10/07/2016 au 31/10/2016

Alix de Massy - Isabelle Jarousse - Gérard Parent - Emmanuelle Radzyner

 

 

Alix de Massy

http://www.alixdemassy.fr

 

Alix de Massy, plasticienne, diplômée de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris vit et travaille dans les Cévennes depuis une vingtaine d'années.

Son travail se décline sur des formats variés, parfois sur des papiers très fins où les formes semblent jouer avec les subtilités de la transparence et de la lumière. Depuis de nombreuses années elle réalise également des livres d'artistes dans un dialogue régulier avec des poètes (Alain Freixe, Patrick Laupin, Joël-Claude Meffre, Bernard Noël).

 "Une respiration, le travail de la main, du geste crée de la pensée et inversement. Comment et d'où surgissent les formes? Le dessin arrive comme le dépôt de ce qui agit entre la pensée et la main"

 

 

Isabelle Jarousse

www.isabelle-jarousse.com

 

Née en 1964 à Marvejols en Lozère, elle vit et travaille à Lyon.

Dessins ou plissés, tout est affaire de papier.

A l'école des Beaux- Arts d'Angoulême, Isabelle Jarousse a appris à faire de la pâte à papier.

Le papier est devenu pour elle matière et matrice, à la fois support et creuset d'un langage, provocation à la création.

 

"Je m'inspire de la vie et j'en fais tout un monde". Isabelle Jarousse aime dessiner  tout ce qui existe dans le monde, la guerre et la paix, la violence et le calme, les personnages qui  parlent et crient et les morts aussi, ceux qui dorment sans souffrir...

La vie dans les plis: le mouvement, la forme, la matière, l'épaisseur. Ce rapport avec le tissu, la pâte de chiffon, c'est la douceur retrouvée de la peau.

Isabelle Jarousse  travaille entre le lisse et le plissé, entre le papier buvard, tendre et profond et le pinceau très fin qui le caresse  et le noircit d'encre de chine.

Travail très figuratif pour lequel la technique se fait lente, minutieuse, appliquée.

 

 

Emmanuelle Radzyner

emmanuelleradzyner.e-monsite.com/

 

Née à Sète en 1967, diplômée de l'école des Beaux- Arts de Grenoble, cette artiste partage son temps entre son métier d'enseignante et son travail de plasticienne.

Installée  aux Abrets en Isère cette artiste travaille depuis plus de 20 ans son rapport à l'espace, à la lumière, au multiple...

Elle propose des installations éphémères qui transforment l'espace en fonction des problématiques qui la préoccupent. 

"Je travaille in situ, j'aime m'imprégner d'un  lieu, d'une histoire , d'un thème ..."

Ces créations sont envahissantes et souvent composées de la multiplication d'un même élément papier  qui constitue  un tout unifié.

Cette artiste transforme les espaces en des lieux de mouvements figés dans l'instant. Sa création éveille  à nouveau en chacun de nous cette enfance oubliée où l'unique et le multiple formaient un tout. La couleur dans son travail intervient comme l'huile sur la toile, une œuvre à la fois figurative et abstraite où fusionnent émotion et réflexion.

Ses réalisations, à chaque fois renouvelées, ont le charme de l'éphémère et offrent le plaisir de nous retrouver dans sa poésie" ... qui n'est, à chaque fois, ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre..."

Au château de Vogüé , Emmanuelle Radzyner  a choisi d'investir 2 espaces, tour et salle des gardes, et l'escalier menant au 2nd étage.

 

 

 

Gérard Parent

gerard.parent.overblog.com

 

Gérard Parent est né à Paris en 1949. Il a passé toute son enfance en Bretagne où il a appris à lire sur les romans de Jules Verne (illustrés par Gustave Doré) dans un épais livre à tranche dorée. Chaque histoire était précédée d’une gravure protégée par un voile de papier translucide. C'est ainsi qu'il a pris le goût de la lecture, du dessin et du voyage dans l’imaginaire.

   Depuis 1980 il vit et travaille dans  la Drôme.

   Son travail se nourrit d’errances dans les buissons et les broussailles, dans le  tiers paysage, là où l'on va rarement, là où se côtoient les entrelacs, les traces brouillonnes et les trous des passages d’animaux. Il aime ces endroits sauvages, archaïques et improbables.

   Aujourd’hui il observe le liseron, le lierre ou le chèvrefeuille. Leur cortège d’hésitations, de rétractations, de circonvolutions et d’avancées, est prétexte à une esthétique où l’imaginaire peut y voir une opiniâtreté à vivre.

    Son travail est essentiellement réalisé sur papier, par la suite marouflé sur bois. Encres, pigments naturels sont appliqués avec des bois trouvés sur place ou avec des calames.

 

 

Château de Vogüé • Copyright 2016-2018 • NewsletterMentions